Un Leader SUPERHUMɅIN™ sait dire « Je ne sais pas »

Follow by Email
Twitter20
LinkedIn20
LinkedIn
Share

par - Alan Caugant, CEO SUPERHUMAIN™

On attend souvent des dirigeants qu’ils aient toutes les réponses, tout de suite et tout le temps. Ils subissent une pression considérable, celle de devoir résoudre les problèmes et savoir exactement comment gérer une situation de crise. En conséquence, beaucoup d’entre eux sont tentés de faire semblant de contrôler la situation plutôt que de reconnaître qu’ils ne savent pas ce qu’il convient de faire dans l’immédiat, par crainte de paraître faibles et inexpérimentés. Mais c’est la pire des approches à adopter, même pour les experts dans leurs domaines.

Nombreux sont ceux qui considèrent les hauts dirigeants comme des « super-leaders », capables de mener plusieurs actions de front et d’emmener leurs équipes vers une réussite certaine. Peut-être même pensez-vous devoir être, en tant que leader, à la hauteur de ces attentes, mais c’est une utopie qui pousse à « prétendre » pouvoir tout gérer et tout savoir, et qui au final nuit à votre potentiel de réussite et à celui de votre organisation.

En fait, personne n’attend de vous que vous soyez un super-héros ; vous avez le droit, oui, le droit de revendiquer votre statut d’être humain, avec ses imperfections. D’ailleurs, avoir réponse à tout ne vous ferait pas pour autant paraître compétent et qualifié ; cela aurait même plutôt l’effet inverse. Savoir dire « Je ne sais pas » est en réalité une force, pour votre entreprise, pour vos employés, et pour vous-même en tant que leader. C’est cela qui différencie les vrais leaders des autres, et ce qui motive vos employés à avancer avec et pour vous. L’un des indicateurs-clé de l’intelligence émotionnelle est la capacité à reconnaître ses propres limites. Un vrai leader sait quand demander de l’aide. Il est impossible de tout savoir sur tout, tout le temps. C’est pour cela que vous devez, en synergie avec vos équipes RH, embaucher et former les meilleurs collaborateurs. Et osez dire « Je ne sais pas » !

Ceci fut démontré au cours d’une étude scientifique visant à comprendre les mécanismes cérébraux d’inférence (ce que vous pensez qu’il se passe) et de perception (ce qu’il se passe réellement). Des tests furent menés pour étudier les réactions de personnes observant des ‘acteurs’ en train de chercher des jouets cachés. Lorsque les sujets du test observaient les acteurs, plusieurs de leurs zones cérébrales reliées entre elles s’activaient, comme en « réseau », indiquant que ces différentes zones travaillaient ensemble. Le système des neurones miroirs (SMN) entre en jeu dans ce processus de raisonnement ; il est intéressant de noter que, lors du test, la réponse cérébrale différait lorsque le sujet savait au préalable où le jouet était caché.
Plongez dans vos souvenirs en tant qu’enfant : vous pensiez probablement que vos parents ou encore vos professeurs savaient tout, et vous avez sans doute été extrêmement surpris de découvrir que ce n’était pas le cas.

Même à l’âge adulte, nous entretenons souvent un raisonnement similaire envers nos patrons et nos dirigeants. Nous partons du principe qu’ils ont toutes les réponses, simplement du fait de leur statut.

Et pourtant, les vrais leaders, ceux qui sont les plus compétents, savent s’entourer de collaborateurs capables de combler leurs lacunes. Ils font preuve d’humilité et d’intelligence émotionnelle, ouvrant ainsi la voie pour leurs équipes en leur montrant le chemin.

 » Rien n’indiquait que je pourrais réussir dans le secteur des fusées, sans rien y connaître, sans en avoir jamais construit ; seul un fou aurait parié sur moi. « 

– Elon Musk

L’HUMILITÉ A DU BON

Dire « Je ne sais pas » n’est pas un aveu de faiblesse ou d’échec. Cela signifie simplement que vous n’avez pas, à ce moment-là, la réponse adéquate à un problème donné. Cela signifie également que vous vous connaissez bien, sans artifice, ce qui révèle une intelligence émotionnelle développée, qualité très appréciable chez quiconque cherche à être embauché ou promu à un poste de direction.

Le simple fait que vous ne connaissiez pas la réponse à une problématique donnée et à un moment précis n’est pas synonyme d’incompétence ; cela ne signifie pas non plus que vous ne méritez pas votre place. Que vous ayez 10 ou 1 000 employés, clarté, communication et confiance doivent être au cœur de vos valeurs de leadership.

Personne n’aurait imaginé qu’Elon Musk lancerait un jour une flotte de véhicules spatiaux, ni qu’il enverrait un particulier sur la lune à bord de l’une de ses fusées ; et pourtant, c’est ce qu’il s’apprête à faire, parce qu’il est un vrai leader. Conscient de ses propres limites, il a su rallier à ses côtés les experts capables de mener son entreprise à bien.

Lorsque quelqu’un vous pose une question dont vous ne connaissez pas la réponse, au lieu de tergiverser au risque de vous « prendre les pieds dans le tapis », soyez en accord avec vous-même, inspirez, souriez, et dites tout simplement la vérité : vous ne savez pas. Vous pouvez ensuite enchaîner avec ce qui suit, au choix :

  •  « Je me renseigne et je reviens vers vous au plus vite. » S’il s’agit d’une chose que vous devriez savoir mais qui vous a échappé, ou si vous n’avez pas encore eu le temps de vous documenter, accordez-vous le temps nécessaire pour trouver la réponse.
  • « Je ne sais pas, mais ‘untel’ doit savoir. » Il n’y a pas de mal à rediriger votre interlocuteur vers vos équipes. Cela en souligne d’autant les qualités ! Un leader n’est pas censé connaître toutes les réponses, tout comme il ne peut pas faire le travail de tous à lui tout seul. Entourez-vous de personnes compétentes, créatives et innovantes, et vous serez toujours en mesure de trouver la réponse juste (ou la meilleure façon de construire une fusée !).

Les meilleurs dirigeants, tout comme les meilleures entreprises, n’ont pas peur de dire « Je ne sais pas », car ils privilégient ainsi la montée en connaissances et compétences aux apparences.

Lorsque nous sommes prêts à admettre que nous ne savons pas quelque chose, et à demander l’aide de nos employés pour l’apprendre, notre confiance en nous-mêmes augmente, et nous gagnons également celle de nos collaborateurs.

En effet, ces derniers accueillent nos lacunes comme un défi qui leur donne l’occasion de grandir et d’évoluer. Au final, la confiance que nous gagnons en étant honnêtes avec nous-mêmes et en montrant aux autres que nous voulons nous améliorer l’emportera toujours sur les apparences, faussement avantageuses car forcément démasquées tôt ou tard.

ACCROÎTRE SES PERFORMANCES GRÂCE AU MODÈLE SUPERHUMɅIN™

Les vrais leaders peuvent accompagner leurs employés sur la voie vertueuse de la productivité alliée au succès grâce à l’intelligence émotionnelle et à l’approche ‘Whole Brain’. Comprendre le rôle du cerveau dans le processus de prise de décision est un précieux allié qui permet aux dirigeants de faire les meilleurs choix. Le modèle SUPERHUMɅIN™ ouvre la voie vers une conscience de soi affûtée par une bonne santé mentale et physique.

N’oubliez jamais que la plupart des employés aspirent à travailler pour quelqu’un qui les inspire, et non pour quelqu’un qui leur dicte chacun de leurs actes en ne leur laissant aucune marge de manœuvre autonome. C’est pourquoi l’honnêteté vis-à-vis de nos propres limites est essentielle ; les entreprises et les dirigeants faisant preuve de transparence créent une culture et un engagement forts chez leurs employés.

Les leaders les plus performants ont confiance en eux-mêmes ; ils n’hésitent pas à admettre qu’ils ne savent pas quelque chose. Prises de décision pertinentes, efficacité et ingéniosité découlent d’une synergie mentale et physique, voie royale vers le succès, telle une voie lactée parcourue par la fulgurance d’une fusée. Simple et efficace !