Défis du leadership : la vulnérabilité, le Super-pouvoir du Neuroleader

Twitter20
LinkedIn20
LinkedIn
Share
Défis du leadership : la vulnérabilité, le Super-pouvoir du Neuroleader

par - Alan Caugant, CEO SUPERHUMAIN™

Guider quelqu’un dans un moment difficile

Je travaille avec des dirigeants d’entreprises dont le personnel subit régulièrement des traumatismes, dans le cadre du travail. Ces leaders s’inquiètent des effets sur la santé mentale et sur le surmenage de leurs employés. Dans tous les scénarios suivants, des traumatismes répétés ou un stress extrême étaient à l’origine des problèmes auxquels étaient confrontés ces leaders, équipes, communautés et entreprises.
Nous n’avons pas tendance à considérer le lieu de travail comme un endroit où il faut travailler ouvertement sur les traumatismes. Ces derniers sont vus comme relevant du domaine de la santé mentale. Nous devons en parler avec nos psychologues et non avec un consultant en leadership ou avec un coach en développement professionnel. Pourtant, la plupart de notre temps est consacré au travail. Nous passons plus de temps à travailler qu’à profiter de nos proches et de nos loisirs ou à réaliser nos activités civiques. Les lieux de travail doivent devenir des endroits où nous ne nous contentons pas de grandir et de nous développer : ils doivent également être adaptés au cerveau.

J’ai conscience que beaucoup ont du mal avec le mot traumatisme. Après avoir vécu une situation extrême, un grand nombre de personnes ne reconnaît pas l’aspect traumatique de leur expérience. Car l’une des nombreuses façons dont notre cerveau nous protège des traumatismes est de refuser d’y penser.

Cependant, comme c’est le cas avec d’autres réponses évolutives, cela ne nous aide pas. Ceux qui ont suivi un programme de rétablissement savent qu’il est essentiel d’admettre que l’on a un problème. Nous avons tous vécu des moments difficiles, surtout récemment. En effet, compte tenu de l’ampleur des traumatismes collectifs vécus en 2020, il est temps de commencer à pratiquer un leadership informé sur les traumatismes.

Défis du leadership : comprendre les soins axés sur les traumatismes

En médecine, le concept de soins axés sur les traumatismes est encore relativement nouveau. Il s’agit d’un ensemble de principes visant à créer un espace bienveillant, sûr, responsabilisant et propice à la guérison des patients ayant subi une forme de traumatisme. Il s’agit d’un changement fondamental qui consiste à adopter le point de vue d’une autre personne et à analyser son comportement sous l’angle d’un éventuel traumatisme.

Ces concepts sont largement utilisés dans le cadre du travail social et de la santé mentale, et ils sont de plus en plus enseignés dans les systèmes éducatifs et de maintien de l’ordre. Alors pourquoi n’en parlons-nous pas dans le monde de l’entreprise ? Ce type de leadership constitue une nouvelle manière d’aborder vos responsabilités. Il s’agit de passer d’un sentiment de honte à l’empathie totale.

Lorsque quelqu’un est en retard, n’est pas performant ou adopte un comportement que percevez comme un mauvais, ne dites pas : « Qu’est-ce qui vous prend ? », mais demandez plutôt : « Que vous est-il arrivé ? ».

Défis du leadership : Nous portons tous des traumatismes

La première étape pour pratiquer un leadership tenant compte des traumatismes est de réaliser que ces derniers sont beaucoup plus répandus que vous ne le pensez. Les études montrent que 61 % des adultes ont vécu une expérience potentiellement traumatique dans leur enfance, tandis que 1 adulte sur 5 souffre d’une forme de maladie mentale. Environ 20 % des femmes ont été victimes d’une agression sexuelle.

L’une des raisons pour lesquelles le mouvement #MeToo a été si fort est que les traumatismes se produisent souvent en secret. Cela fait partie de l’oppression systémique qui empêche le changement et rejette la faute sur les victimes de traumatismes. Mais les chiffres ne mentent pas. Des événements traumatiques arrivent à tout le monde.

Les types de traumatismes utilisés comme exemples ci-dessus sont tous extrêmement graves. Il existe aussi d’autres expériences traumatisantes. Qu’en est-il de toutes les personnes qui ont perdu un être cher à cause du COVID-19 ? Et le stress constant que nous subissons ? Qu’en est-il de nos sentiments de peine liés à la perte de nos traditions, routines et plaisirs les plus précieux ?

Personne ne va toujours bien. Nos cerveaux ne sont pas programmés pour ça. Il est donc essentiel que nous tenions compte des traumatismes.

Indépendamment du parcours de votre entreprise, en tant que leader il est important que vous vous mettiez au défi d’explorer le degré de vulnérabilité de votre équipe, ainsi que vos propres réactions à la vulnérabilité. Évitez-vous ce sentiment ? Le considérez-vous comme une faiblesse ? Êtes-vous anxieux ou tendu à l’idée de partager des expériences personnelles avec vos collègues de travail ? Pensez-vous que vos collègues devraient souffrir en silence et ne pas demander d’aide ? Considérez-vous que vos collègues sont trop dramatiques et cherchent à attirer l’attention ? Vous sentez-vous déconnecté des autres sur votre lieu de travail ? Rationalisez-vous votre distance émotionnelle en vous disant que vous ne devriez pas développer des liens significatifs dans le cadre du travail ou que vous devez préserver votre image de force ? Vous arrive-t-il de vous défendre lorsque quelqu’un vous critique ou critique votre décision ou bien acceptez-vous la critique ?

Lors de nos interventions au sein des entreprises, nous discutons de l’importance cruciale de tisser des liens avec nos collègues et employés. Un leader doit se montrer vulnérable afin d’établir un véritable lien avec son personnel.

Avez-vous conscience de vous limites ? Partagez-vous vos pensées et vos sentiments avec les autres, même si cela vous met en danger sur le plan émotionnel ? Êtes-vous prêt à admettre vos erreurs ? Admettez-vous vos torts ? Prenez-vous vos défauts avec humour ? Osez-vous poser des questions pour mieux comprendre vos collègues, surtout lorsque vous n’êtes pas d’accord avec eux ? Écoutez-vous vraiment leur opinion et permettez-vous à celle-ci de modifier vos perceptions ?

Leadership transformationnel : une approche axée sur les traumatismes

Imaginons qu’un des membres de votre équipe se soit montré plus distant et inamical ces dernières semaines. Si vous n’utilisez pas une approche tenant compte des traumatismes, vous pouvez supposer plusieurs choses : la personne est froide, aigrie ou tout simplement pas très sympathique. Prendre compte des traumatismes peut vous aider à changer votre pensée.

Au lieu de vous concentrer sur ce que vous voyez (et sur vos sentiments), demandez-vous si vous savez ce que cette personne vit réellement. Rappelez-vous : nous sommes tous le produit de nos expériences. Un nouveau comportement est susceptible d’être causé par quelque chose de nouveau. Quoi qu’il en soit, dire à quelqu’un de se ressaisir n’améliorera probablement pas la situation. C’est aussi le cas lorsque l’on adopte un comportement passif agressif, se met en colère ou leur fait honte. Mais faire preuve de compassion pourrait bien avoir un impact positif.

Alors que nos lieux de travail sont devenus plus conviviaux et ouverts, de nombreuses personnes ne sont pas à l’aise pour parler de leurs traumatismes. Vous allez devoir vous montrer vulnérable et accepter d’avoir des conversations gênantes. Vous allez aussi certainement faire quelques faux pas.

Personne ne peut s’attendre à ce que vous sachiez tout ce que tout le monde traverse, et les gens traitent leurs traumatismes de manière extrêmement différente, de sorte que vous ne serez peut-être pas en mesure de reconnaître les signes. Vous pouvez décider de prendre un risque et d’aller vers quelqu’un qui n’est pas prêt. Cela peut se retourner contre vous. Mais cela peut aussi aider la personne de savoir que vous vous souciez vraiment d’elle.

Alors, comment commencer ? Il est utile de ne pas porter de jugement. Poser les bonnes questions peut aussi être un outil puissant. Voici quelques questions que vous pouvez poser :

  • Comment se passent les choses en ce moment ?
  • Quelque chose de votre passé ou du présent vous rend-il la vie difficile ?
  • Que puis-je faire pour rendre le travail plus confortable pour vous ?
  • Je veux m’assurer de vous apporter un soutien adapté. Y a-t-il quelque chose que je devrais savoir et que vous ne voudriez peut-être pas partager avec le groupe ?
  • Je me soucie de vous et de votre réussite. N’hésitez pas à réfléchir à ce dont vous pourriez avoir besoin de ma part et à revenir vers moi lorsque vous vous sentirez suffisamment à l’aise pour en discuter.

Le fait de poser ces questions en privé et avec un esprit ouvert donne aux deux parties une chance de communiquer. Cela peut nécessiter plusieurs essais, n’hésitez donc pas à réessayer de temps en temps, surtout si vous constatez un changement ou une difficulté. Un concept fondamental de la réflexion sur les traumatismes consiste à partir du principe que les problèmes ne sont pas causés par la personne, mais qu’ils sont le résultat des circonstances.

Ce n’est peut-être pas naturel pour vous, mais faire progresser les autres fait partie de notre travail en tant que leader SUPERHUMɅIN™. Pour faire face aux nombreux autres défis, connus et inconnus, qui nous attendent, il est important de tenir compte des traumatismes. Cela permettra d’aider chacun à fournir le meilleur.

Perspective d’avenir

En vous ouvrant à la vulnérabilité, vos employés suivront votre exemple et auront véritablement envie de servir l’entreprise (pouvoir de la relation), plutôt que de se sentir contraints (relation de pouvoir). En créant des liens profonds et significatifs avec les employés, ceux-ci se sentiront en sécurité, une caractéristique fondamentale d’une entreprise SUPERHUMɅIN™. J’ai observé que lorsque le personnel de mon équipe se sentait en sécurité (dans sa position et au sein de l’entreprise), il était plus enclin à fournir les rétroactions nécessaires à l’entreprise et à être plus innovant. Les dirigeants travaillent sans relâche pour s’assurer que les clients se sentent en sécurité et soutenus et pour que les systèmes de soins ne les traumatisent pas de nouveau. En tant que Neuroleaders SUPERHUMɅIN™, nous ne devrions pas nous contenter de moins pour notre personnel.